BIENTÔT:

English version

_
'CUZ WORDS
feeelings (Anouchka Oler et Camille Gerenton)
Performances et lectures

Samedi 18 novembre de 14h à 22h

Dans le cadre de l’ouverture de l’atelier d’Anouchka Oler, feeelings organise un programme de performances et de lectures à Marseille. Cette journée se déroulera en deux temps, premièrement, à 14h à la Plage des Catalans avec Jane Fawcett et Cave Club qui invite à son tour Eugénie Zély. À 18h, dans l'atelier d'Anouchka Oler, pour les performances de Simon Asencio et Eleanor Weber.

Rendez-vous à :
* 14h : plage des Catalans, 13007 Marseille. Bus 81, 82, 82S, arrêt : Plage des Catalans.
* 18h : Atelier 2Y1, 2ème étage des Magasins. Friche la Belle de Mai, 41 rue Jobin, 13003 Marseille.


Graphisme image: Roxanne Maillet

“A man plucked a nightingale and, finding but little to eat, said “ You are just a voice and nothing more.” 
Plutarch, Moralia : Sayings of Spartans

Si la première architecture que l'on habite est sûrement son corps alors notre premier locataire en est infailliblement sa voix. On est capable d'en accueillir bien d'autres. Les cinq artistes réunis ce jour l'entendent. Les multiples voix qui les parcourent et qu'ils recueillent sont fouillées minutieusement de leurs origines et échos, de leurs tremblements et autres fluides. Elles énoncent les forces et les faiblesses dont elles sont faites, les privilèges et les défaveurs, les constructions de pouvoir qui les animent.
On se doit de réfléchir plusieurs fois avant de comprendre ce que veulent dire les mots. C’est à dire profondément. D'en explorer la force disruptive. Mais laisser entendre que la langue est un passage suppose aussi qu'elle glisse.
Sa présence dans un corps - soit la voix individuelle - est saisie par ces artistes comme une tentative d'attraper cet objet glissant ; elle est l’enjeu nécessaire à l’articulation de ce qui les traverse.
Celle qui vient seule avec ses propres ressources - intellect, désir, colère, traduction ou malaise - invite des voix plurielles composant des lignes de forces collectives vibrantes. Ces voix qui nous pénètrent, nous entourent, nous empêchent ou nous portent.

'CUZ WORDS est la traduction rapide et triviale en anglais d’une interjection de Jacques Lacan extraite de son séminaire ‘On Feminine Sexuality, the Limits of Love and Knowledge' et pourrait peut-être se traduire à nouveau par "es mots parce que".
On peut l’imaginer le cigare tordu à la main, les yeux terribles emportés par le flux intense de sa parole concentrée, d’un geste balayant l’assemblée, prononcer ces mots avec l’autorité du Maître "LES MOTS PAR CE QUE". Et puis peut-être ensuite un silence dans la salle?