ACTUELLEMENT

English version

_
LES ARTISTES SÉLECTIONNÉS POUR LES RÉSIDENCES EN 2018 :
JANVIER - MI-AVRIL: Fahmy Shahin (EG), Valérie Blass (CA), Clémence de Montgolfier (FR)
MI-AVRIL - JUILLET: Bianca Baldi (South Africa), Martin Belou (FR), Juan Diego Tobalina (PE)
SEPTEMBRE-DECEMBRE : Sara Sadik (FR), Kah Bee Chow (NZ) + 1 artiste de Glasgow dans le cadre de notre échange avec Glasgow Sculpture Studios.

_
CONTACTS & VISITES D'ATELIERS
Les visites d'ateliers sont ouvertes aux professionnels sur rendez vous, pour toute demande ou contact : residence@trianglefrance.org.

_
LES RÉSIDENTS DE JANVIER À MI-AVRIL 2018

Valérie Blass (CA)
Vit et travaille à Montréal (CA).

Les récentes propositions de Valérie Blass sont investies d’une double tension qui confronte les notions de visibilité et d’invisibilité ainsi que les limites entre volume et surface. Ses sculptures, dont les postures anthropomorphiques tendent à l’abstraction, procèdent de représentations volontairement instables : l’unité de l’œuvre est pensée de manière à s’échapper, à se transformer et se recomposer selon les positions et les déplacements du spectateur. La portée référentielle de la représentation est ainsi densifiée et la sculpture agit comme une entité plurielle.

Valérie Blass est née en 1967 à Montréal, où elle vit et travaille. Des expositions individuelles de son œuvre lui ont été consacrées à la galerie Catriona Jeffries, à Vancouver (2015) ; à Artspeak, à Vancouver (2015) ; à la Daniel Faria Gallery, à Toronto (2015) ; à Parisian Laundry, à Montréal (2014) ; à la Illingworth Kerr Gallery, à Calgary (2013) ; au Musée d’art contemporain de Montréal (2012) ; à l’Art Gallery of Hamilton, à Hamilton, Ont. (2012) ; à The Hole, à New York (2013) ; et à la Galeri Manâ, à Istanbul (2013). Elle a participé à de récentes expositions collectives au; Musée d’art contemporain, à Montreal (2016); à la Justina M. Barnicke Gallery, à Toronto (2015) ; à la galerie Luis De Jesus Los Angeles (2015) ; au Musée des beaux-arts de Montréal (2014) ; à l’Art Gallery of Alberta, à Edmonton, Alb. (2013) ; au Public Art Fund, à New York (2013) ; au MetroTech Center, à Brooklyn (2013) ; à Oakville Galleries, Oakville, Ont. (2012) ; au Musée national des beaux-arts du Canada, à Ottawa (2011) ; et au Power Plant, Toronto (2009). Valérie Blass a reçu le Prix Ozias-Leduc de la Fondation Émile-Nelligan en 2016, le prix Victor Martyn Lynch-Staunton pour les arts visuels en 2012, et le Prix Louis-Comtois de la Ville de Montréal en 2010.


Vue d'installation, To only ever say one thing forever the same thing, Catriona Jeffries, 2015

_
Clémence de Montgolfier (FR)
Vit et travaille à Paris (FR).
thebigconversationspace.org

Clémence de Montgolfier (née en 1987) collabore sous le nom The Big Conversation Space (TBCS) avec l’artiste américaine Niki Korth (née en 1987, vit et travaille à San Francisco) depuis 2010. Ensemble et séparément, elles s’interrogent sur la circulation des discours à travers les technologies contemporaines de leur production et de leur reproduction et sur leur devenir incertain. Elles créent des évènements, des conversations, des performances, des publications, des jeux, des documents et des programmes vidéos ou plateformes médiatiques qui cherchent à créer et à interroger les relations entre les individus (artistes et publics compris), dans une conception interactionnelle de l’œuvre d’art. À la frontière de la médiation, de l’art et des médias, leur travail tente, par l’intermédiaire d’objets et d’outils de communication qu’elles réinterprètent ou qu’elles inventent, de créer des situations de conversation réelles ou figurées. Elles visent ainsi à questionner l’espace entre soi et l’autre, et de proposer des modes de cohabitation et d’entente, dans le contexte de l’histoire politique et technique des médias dont nous avons hérité.

Clémence de Montgolfier est diplômée de l’École des beaux-arts d’Angers depuis 2011 et récemment titulaire d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris III obtenu en 2017. Elle est co-fondatrice, avec Hugo Brégeau, de la vitrine d’exposition Indice 50 à Paris. Avec Niki Korth, elles ont participé à de nombreuses expositions en France et à l’étranger dont récemment au CAC Brétigny, Brétigny-sur-Orges, à la Villa du Parc, Annemasse, au 8, Rue Saint-Bon, Paris, au Nouveau Festival Centre Pompidou, Paris, à Human Ressources, Los Angeles, États-Unis. Depuis 2015, elles ont été invitées par le149.net (Anna Hess et Sacha Béraud) à réaliser le projet de programmation vidéo en ligne BCC Channel en collaboration avec Alexander Rhobs.


BCC Channel, épisode 3, Rêve, fantasmes et désirs, The Big Conversation Space et Alexander Rhobs produit avec le149.net, 2016

_
Fahmy Shahin (EG)
Vit et travaille entre Amsterdam (NL) et Le Caire (EG).
fahmyshahin.net

Fahmy Shahin travaille avec une grande variété de medium, allant du dessin instinctif au dessin 3D en passant par l’impression 3D, donnant vie à des objets et sculptures. Les différentes strates des matériaux convoquées – visuel, archéologique, chimique, hiérarchique, financier, historique, cartographique, etc. – font appel à des récits interrogeant la construction des histoires et la mise en forme des réalités. A partir d’éléments historiques familiers pris en-dehors de leur contexte et auxquels différentes interprétations sont données, les installations de Fahmy Shahin fonctionnent comme une zone rendue visible entre religion, politique et mythe.

Fahmy Shahin est né en 1983 au Caire (Egypte). Il est diplômé de la Helwan University’s Faculty of Applied Arts (Le Caire). Il est diplômé de l’Académie Royale d’Art de La Haye où il a été lauréat du Prix du département Interactive/Media/Design et une mention honorable à l’occasion du Stroom Encouragement Award pour son projet Plastic/Ocean/Desert/Sky. Projet qu’il a eu l’occasion de présenter au Petra Art Center (Amsterdam) en 2016. Son dernier projet Journey In The Land Where Time Rests a été exposé à l’occasion de sa dernière exposition personnelle à Vriend Van Bavink (Amsterdam) en 2017.

Avec le soutien de Mophradat.


Fahmy Shahin, Plastic/Ocean/Desert/Sky (extrait), 2016

_
LES RÉSIDENTS DE SEPTEMBRE À DÉCEMBRE 2017

Maya Beaudry (CA)
Vit et travaille à Vancouver (CA).
mayabeaudry.com

Le travail de Maya Beaudry (née en 1988 à Vancouver) s'articule principalement entre la sculpture et l'installation, explorant le concept d'intériorité dans sa relation à l'architecture ainsi que les relations symbiotiques entre espace mental et espace de vie. Ses recherches récentes s'appuient sur la prévalence architecturale du rectangle comme cadre et à l'expérience corporelle d'espaces géométriques habités comme structures organiques. L'artiste s'intéresse tant à l'acte de construction qu'à l'assouplissement de l'espace construit, les mettant en relation au textile, à la tapisserie et au mobilier, compris comme membranes entre corps et architecture.

Maya Beaudry est diplômée de la Emily Carr University (Vancouver) et du California Institute of the Arts (Los Angeles). En 2016 elle a reçu la bourse Felix Gonzales Torres dans le but de construire un atelier autonome sur une île au large de la Colombie Britannique, première étape d'un projet de résidence d'artiste. Elle est fondatrice de Sunset Terrace, espace d'exposition basé à Vancouver. Elle fut également lauréate du Prix de la Hnatyshyn Foundation pour la création émergente. Elle a participé à de nombreuses expositions incluant : “Period Pieces: A Sunset Terrace Retrospective” à Projet Pangee (Montreal), “Ambivalent Pleasures” à la Vancouver Art Gallery, et “Enter the Fog” à The Rooms, St. John’s, Newfoundland.


Maya Beaudry, vue d'atelier. © Triangle France

_
Adam Lewis Jacob (GB)
Vit et travaille à Glasgow (GB)
adamlewisjacob.com

Adam Lewis Jacob développe des situations de création partagée, dans lesquelles il envisage le cinéma comme espace d'abandon de contrôle total, incluant les traces du processus créatif et des performances, au milieu d'un surplus d'objets, d'images et d'informations. Il explore actuellement les intersections entre spiritualisme et anarchisme, à partir desquelles il mélange différents registres cinématographiques, donnant lieu à des rêves conçus comme portail donnant accès à des expériences psychédéliques. Bien que la plupart de ses œuvres prennent la forme d'images en mouvement, l'artiste réalise des installations dans lesquelles il incorpore les objets et matériaux de ses films, comme des objets, du son, incluant objets, son, animation et lumière altérée.

Adam Lewis Jacob a été diplômé en 2015 de la Glasgow School of Art. Au cours de ses études il participa à un échange au Piet Zwart Institute de Rotterdam ainsi qu'au programme de la Moutain School of Arts à Los Angeles. Il a récemment participé aux expositions : Emotional Need, Collective, Edinburgh, ANITPHON, Kochi-Muziris Biennale 2016, India, Double Parrhesia, Catalyst, Belfast and FFWD, Duolon Museum of Contemporary Art, Shanghai. Impliqué dans la scène artistique de Glasgow, il est co-fondateur de Celine, un espace d'exposition, et jusqu'en mai 2017 membre du conseil d'administration de Transmission Gallery.


Adam Lewis Jacob, Wildcat, vidéo

_
Anoucha Oler (FR/CH)
Vit et travaille à Bruxelles (BE)
www.anouchkaoler.com

Sa pratique réunit écriture, sculpture et performance au sein de vidéos dont les récits s’articulent souvent autour de la rencontre de personnages et d’un environnement matériel perturbateur. Des objets ou des individus refusent de fonctionner et amènent donc les autres personnages à s’enquérir des conséquences de ce refus de collaboration tacite. Les acteurs s’attachent alors à questionner impétueusement comment, de quoi et de qui sont-ils faits.
Sous-jacent à leurs attitudes frivoles et idiosyncratiques, ces personnages questionnent dans leurs récits spéculatifs la façon dont le pouvoir circule dans le commun, l’espace construit et les répercussions sur la construction de soi. Jusqu’à présent, ces divers enquêteurs ont explorés les affects, le care, la sociabilité et la vie collective.

Anouchka Oler est née en 1988 à Saint Malo. Elle vit aujourd’hui à Bruxelles. Après des études au Piet Zwart Institute de Rotterdam, elle intègre le programme de post-diplôme des Beaux-arts de Lyon en 2014.
Ses expositions personnelles et à deux incluent Out of Place Artefacts, Galería Javier Silva, Valladolid (SP) en collaboration avec Amélie Bouvier - 2016, Thingness ?, Cooper Gallery, Dundee (UK) – 2015, Irma, Wisconsin, Present Works, Milwaukee (USA) - 2015, I Smoked a Cigarette, Wondered About the Colour and Looked at You Once More, AiR-Jakobstad, Pietarsaari (FI) en collaboration avec Marion Jaulin - 2014 et It Is Forbidden To Feed The Sculptures, Kölnischer Kunstverein/OG2, Cologne (DE) – 2013. Depuis 2010, son travail a été montré dans des expositions de groupe à apes&castles, Bruxelles (BE), MOTinternational, Bruxelles (BE), Frac Île de France / Le Plateau, Paris (FR), Le Magasin-CNAC, Grenoble (FR), La Villa Arson, Nice (FR), The Front Gallery, New-Orleans (USA), De Appel, Amsterdam (NL), Tent, Rotterdam (NL), LIVEINYOURHEAD, Geneva (CH).


Anouchka Oler, vue d'atelier. © Triangle France

NOS RÉSIDENTS EN 2017

JANVIER-AVRIL : Arthur Eskenazy (FR), Gina Folly (CH), Tiziana La Melia (CA)
MAI-JUILLET : Madison Bycroft (AU), Camille Dumond (FR), Liv Schulman (AR/FR)

NOS RÉSIDENTS EN 2016
JANVIER-AVRIL : Virgile Fraisse (FR), Dan Walwin (UK/NL), Lauren Hall (UK)
MAI-JUILLET : David Perreard (FR), Davide Stucchi (IT), Beny Wagner (DE/US/IL)
SEPTEMBRE-DÉCEMBRE : Hannah James (UK), Matthew McQuillan (GB), Timothy Simonds (US)

NOS RÉSIDENTS EN 2015
JANVIER-AVRIL : Benjamin Blaquart (FR), Kevin Gallagher (US), Camilla Wills (UK)
MAI-JUILLET : Vittorio Brodmann (CH), Thomas Merret (FR), Gala Porras-Kim (CO/US)
SEPTEMBRE-DÉCEMBRE : Morgan Courtois (FR), Cecilia Jonsson (NO), Rachel Levine (GB)

NOS RÉSIDENTS EN 2014
JANVIER-AVRIL : Isaac Contreras (MX), Éléonore False (FR) et Thomas Koenig (CH)
MAI-JUILLET : Iosu Aramburu (PE), Marie-Michelle Deschamps (CA) et Lauren Tortil (FR)
SEPTEMBRE-DÉCEMBRE : Eva Barto (FR), Pierre Fisher & Justin Meekel (FR), Allison Gibbs (AU/GB)